Aperçu des sections

  • Diaporamas et résumés issus des 4èmes rencontres du RMT Quasaprove du 6 juin 2012 à l'ENSMIC Surgères
    Cette journée était destinée aux opérateurs et professionnels de la chaîne post-récolte de stockage et transformation des céréales (silos, moulins, semouleries, usines d’aliments pour les animaux, malteries …) en quête d’information et de solutions techniques pour la gestion des risques sanitaires au cours de la 1ère transformation.Interventions d’experts sur l’état de l’art et les stratégies actuelles de désinsectisation

    Le RMT Quasaprove a proposé pour ces 4èmes rencontres une nouvelle formule avec :
    • Interventions d’experts sur l’état de l’art et les stratégies actuelles de désinsectisation

    • Visite d’un atelier de démonstration d’un traitement de désinsectisation au sein du moulin pilote de l’Ecole Nationale Supérieure de Meunerie et des Industries des Céréales (ENSMIC)

    • Présentation de vidéos sur des chantiers de désinsectisation

    • Table ronde sur  la R & D « en action » sur ce thème d’actualité

    Insectes, microorganismes, mycotoxines et autres contaminants (éléments traces métalliques, résidus de pesticides, de biocides …) sont susceptibles de menacer la qualité hygiénique et la sécurité des aliments de l’homme ou des animaux d’élevage.
    Créé début 2009, le Réseau Mixte Technologique ‘Quasaprove’, qui vient d’être labellisé pour une période de deux années complémentaires (2012-2013), a pour objectif de faire progresser de façon globale et harmonisée la maîtrise des risques sanitaires et hygiéniques liés à ces types de contamination. Ses divers travaux sont conduits selon une approche transdisciplinaire originale (en réseau). Ils répondent directement aux préoccupations, tant des pouvoirs publics que de la société, à produire et à garantir de façon durable une chaîne alimentaire saine et sûre « du champ à l’assiette ». Ils s’inscrivent également dans le contexte actuel de réduction d’usage des produits phytosanitaires (plan « EcoPhyto 2018 »), notamment les traitements insecticides dirigés contre les insectes nuisibles des stocks de grains ou indésirables dans les usines des industries des céréales. Dans ce domaine en particulier, les récentes évolutions réglementaires ont obligé à une révision complète des stratégies de gestion des risques d’infestation par les insectes, en particulier au niveau des usines de 1ère transformation (moulins, semouleries, malterie, fabrique d’aliments pour animaux …).

    C’est ce sujet particulièrement sensible qui a été abordé dans les rencontres « Recherche Appliquée, Formations et Transfert » du RMT Quasaprove cette année (4èmes rencontres RAFT, 2012). La journée « RAFT 2012 » a été proposée cette année avec une nouvelle formule associant communication, information et transfert d’expertise avec un atelier de  démonstration in situ. Elle était spécifiquement destinée aux praticiens et opérateurs des filières des industries des céréales et fait référence aux évolutions règlementaires les plus récentes.



    • Programme de la journée

    • Introduction du Directeur de l'ENILIA-ENSMIC

    • Recherche Appliquée, Formation et Transfert (RAFT) : missions du RMT Quasaprove (ACTA)

    • SESSION DU MATIN : Cadre réglementaire, principes et méthodes de gestion de la lutte contre les insectes

      Etat des lieux sur le risque d'infestation et la présence de résidus dans les grains  (FranceAgriMer & INRA)

    • Démarche intégrée de type système HACCP appliquée aux insectes dans les industries de 1ère transformation (INRA)

    • Nouveau guide de bonnes pratiques d'hygiène et d'application des principes HACCP en semoulerie de blé dur (CFSI)

    • Traitement des locaux vides : limite réglementaire des produits phytosanitaires/biocides (Anses)

    • SESSION DE L'APRÈS-MIDI : Aspects pratiques et démonstration de solutions de lutte contre les insectes

      Photos de la visite de l'atelier de démonstration d'un traitement "Thermonox" de désinsectisation du moulin pilote de l'école

    • Panorama des solutions de lutte insecticide (expert indépendant, Capsystèmes)

    • Table ronde autour des projets de R&D (animation : Marie Lescop)

      Participants : Bertrand Naturel (FranceAgriMer), Nicolas Perardel (ANMF), Eric Truchot (Anses), Patrick Ducom (Consultant en fumigation, Capsystèmes), Francis Fleurat-Lessard (INRA), Jean-Pierre Bodin (ENILIA-ENSMIC)

      Résumé :

      • Intervention d'Eric Truchot  sur les perspectives réglementaires

      L'évolution va dans le sens de la réduction du nombre de substances autorisées.

      Le calendrier est calé sur les différents réglements (1107/2009, 396/2005) liés à l'approbation des substances actives et à la fixation des LMR. Le réglement 1107/2009 introduit des critères d'approbation (réapprobation tous les 10 ans) qui vont engendrer le retrait de molécules selon leur toxicité (effets endocriniens, reprotoxiques, cancérigènes, etc.). Le réglement 396/2005 régit quant à lui la fixation des LMR dans un contexte harmonisée. La pratique agricole la plus critique (qui génère le plus de résidus) est celle qui est retenue pour évaluer le niveau d'exposition. La révision des LMR et des usages est réalisée suite à la réapprobation de la substance active.

      L'évaluation du risque cumulé (effet cocktail) est la question qui se pose aujourd'hui à l'EFSA.

      • Intervention de Patrick Ducom sur les alternatives possibles aux traitements chimiques

      On ne peut pas parler de retard de la France pour le traitement des moulins contrairement au traitement des blés. Le sinosade, autorisé en grandes cultures et en agriculture biologique, est une piste intéressante en traitement des locaux. Les régulateurs de croissance ne sont pas homologués en UE.

      • Intervention de Jean-Pierre Bodin sur les potentialités du moulin pilote de l'ENSMIC

      Le moulin pilote est un support pour les études et travaux de R&D, comme un support de démonstration (ex : traitement Thermonox), disponible sur demande à la profession. C'est un outil à disposition de la filière qui se prête par exemple à des études d'impact de différentes techniques. La contractualisation est possible.

      Diaporamas présentés par les autres intervenants :