Aperçu des sections

  • Généralités

    Axe 2 : Valorisation, Transfert et Appropriation des connaissances

    • Section 1

      Le second axe de travail du RMT s’attache à valoriser rapidement les résultats obtenus par les différents groupes de travail organisés en chantiers (organisation de journées et rencontres à thèmes). Au cours de la période passée, il est apparu très important d’adapter les supports de transfert et de communication aux différents « publics » visés. Un effort particulier sur la sensibilisation des professionnels à cette problématique - qui est aujourd’hui au cœur de leurs préoccupations - représente un objectif fort pour la période future.

      Les deux enquêtes menées l’une auprès des conseillers agricoles, l’autre auprès des enseignants (cf. chantier 7) ont permis de cerner à partir du vécu, les perceptions, attentes et besoins de ces professionnels en terme de valorisation, transfert et appropriation de l’innovation de la recherche appliquée dans le domaine de la qualité sanitaire des productions végétales de grande culture. Les résultats de ces enquêtes menées en 2011, sont les points de départ pour réaliser les actions prévues dans l’axe 2 visant à leur donner les clés pour accompagner l’évolution nécessaire vers les nouvelles pratiques de culture économes en intrants et les systèmes de production intégrée et durable.

      2.1 En direction du conseil agricole

      A partir des résultats de l’enquête spécifique menée par la CRA d’Aquitaine auprès des réseaux des chambres d’agriculture, des coopératives et des négoces, le RMT Quasaprove a pour objectif de proposer des actions de formation et/ou des documents supports dans le but d'accompagner au mieux les agriculteurs dans la gestion de la qualité sanitaire des productions végétales de grande culture.

      Il s’agira de :

      - Renforcer le travail de valorisation des résultats obtenus sur la contamination des grandes cultures par les ETM pour combler le manque d’informations à ce sujet qu’ont souligné les conseillers dans l’enquête ;

      - Mettre en place un programme de transfert des connaissances existantes sur la qualité sanitaire au  sens large, à destination des agents sur le terrain ;

      - D’adapter les messages à chaque public pour une meilleure appropriation (différencier par exemple, les publics agriculteurs/éleveurs sur le risque mycotoxines) ;

      - Vulgariser les résultats scientifiques et techniques obtenus par le RMT Quasaprove grâce à la création de supports diversifiés et réutilisables pour une appropriation plus aisée (plaquettes, diaporamas, etc.) ;

      - Répondre à la demande spécifique de mise en place de formations de groupe ;

      - Répondre à la demande spécifique de pouvoir disposer d’outils de diagnostic et d’évaluation du risque mycotoxines au champ.

      Dans le cadre des actions de l’axe 2, le RMT Quasaprove se mettra en relation avec les organismes de formation tels que VIVEA et le FAFSEA, ou encore RESOLIA. Un rapprochement avec le programme Certiphyto est aussi envisagé afin de déterminer les informations concernant les traitements en post-récolte qui pourraient y être ajoutées.  Les réponses obtenues ont été formulées par des agents de chambres d’agriculture, animateurs d’Ecophyto. Elles soulignent l’intérêt de suivre les actions du plan Ecophyto et les résultats acquis dans les réseaux de fermes de référence. En effet, la mise en œuvre de techniques limitant l’usage des produits phytosanitaires a été citée dans les réponses de l’enquête comme un facteur pouvant influer sur la qualité sanitaire.

      2.2 En direction de l’enseignement agricole

      Des relations plus étroites avec les instances de programmation de l’enseignement technique secondaire et supérieur doivent être engagées sur la période 2012-2013 pour intégrer les nouvelles connaissances et outils disponibles nécessaires à la gestion de la qualité et de la sécurité sanitaire des aliments issus des grandes productions végétales.

      Comme précisé dans le bilan d’activités du chantier 7, une réunion avec la DGER a été organisée le 1er septembre 2011. Cette rencontre a permis de réorienter la stratégie d’approche de l’enseignement technique par le RMT. Il semblerait très difficile pour les enseignants de formuler leurs besoins et leurs attentes en terme de valorisation pédagogique sur la thématique de la qualité sanitaire des productions végétales de grande culture (réalisation d’une enquête en 2011). Partant de ce constat, d’un commun accord avec les inspecteurs de la DGER, il a été décidé d’organiser très prochainement une réunion où seraient réunis une dizaine d’enseignants (ciblés par niveau (I, II et/ou III) et par matière enseignée), les animateurs du RMT et la DGER. Ce rendez-vous permettrait alors d’évaluer et de modifier en conséquence les supports pour l’enseignement qui auront été élaborés par les différents chantiers du RMT Quasaprove. Restera ensuite à déterminer le canal le plus adéquat pour distribuer les supports produits à l’ensemble du corps enseignant technique français (public / privé, secondaire (Baccalauréat Professionnels) / supérieur (BTS et Licence Pro).

      Une réflexion est également menée sur l’intérêt d’intervenir directement dans la formation continue des enseignants. Au-delà de la transmission brute et directe des connaissances, il pourrait être intéressant de mettre en place une formation pour les enseignants sur ce sujet. Les finalités seraient multiples : au-delà de la prise de connaissance immédiate des supports pédagogiques élaborés par les acteurs du RMT, cette formation serait également l’occasion d’échanger avec eux sur la problématique de la qualité sanitaire, et de leur expliquer les dernières données scientifiques acquises dans le domaine pour une appropriation plus dynamique et personnelle des connaissances.

      2.3 Organisation de nouvelles rencontres et journées à thème

      Le RMT Quasaprove prévoit de :

      - Poursuivre l’organisation de rencontres « Recherche Appliquée, Formation et Transfert » (RAFT) sur la période 2012-2013, dans l’optique de présentation des résultats récents et d’échanges avec les professionnels ;

      - Proposer des séminaires de formation décentralisés en région de production des céréales et d’oléo-protéagineux pour élargir le public visé (organismes stockeurs, coopératives ou négociants, conseillers agricoles grandes cultures en région, enseignants de lycée agricole, etc.) et pour une appropriation plus facile des connaissances par la mise en place de démonstrations pratiques ;

      - Organiser de journées de sensibilisation des professionnels, avec le concours de l’Anses, sur les nouveaux enjeux de qualité sanitaire pour les produits exportés (ouverture internationale) que représentent les contaminants dans la chaîne de production / stockage / transformation des productions végétales de grande culture.

      Partenaires impliqués : Tous les partenaires

      Résultats attendus : i/ Mise en place et animation de groupes de travail sur les supports pédagogiques pour l’enseignement et les formateurs (avec la DGER, des professeurs référents et les organismes de formation continue) ; ii/ Développement de moyens pédagogiques (TP, cours magistraux, exercices, visites, etc.) à partir des dossiers de synthèse produits par le RMT ; iii/ Organisation de rencontres RAFT ; iv/ Prise en compte des attentes des conseillers agricoles à travers un travail de valorisation et de transfert ciblé : organisation d’au moins un séminaire régional regroupant les têtes de file « grandes cultures » des Chambres d’Agriculture (grand ouest et Centre) pour la présentation de  synthèse des connaissances utiles pour les prescripteurs de conseil « sur le terrain » ; v/ Organisation de rencontres RAFT.