Aperçu des sections

  • Généralités

    Qu'est-ce que le RMT Quasaprove ?

    La réglementation européenne du « Paquet Hygiène » en matière de qualité sanitaire des aliments s’applique à toutes les filières agricoles et agro-alimentaires, de l’étape de la production jusqu’à l’alimentation humaine ou animale. Aujourd’hui, tous les opérateurs agricoles et agro-alimentaires doivent relever le défi majeur de la gestion de la qualité et de la sécurité sanitaire des aliments issus des productions végétales.

    Ainsi, il existe un intérêt national à développer des relations de travail approfondies entre les acteurs de la recherche, du développement, de l’enseignement et du transfert technologique en matière de qualité sanitaire des productions végétales de grande culture, en mutualisant les compétences et les moyens par une organisation en réseau mixte technologique (RMT). Ce constat et les enjeux associés ont amené le projet de création d’un RMT se focalisant sur le seul champ thématique de la qualité sanitaire des grandes productions végétales alimentaires : le réseau « QUAlité SAnitaire des PROductions VEgétales de grande culture » (Quasaprove).

    L’ambition du RMT Quasaprove est de faire progresser de façon globale et harmonisée la maîtrise des risques que font peser les organismes indésirables ou les contaminants sur la qualité sanitaire des productions végétales de grande culture, à toutes les étapes de la chaîne alimentaire des filières concernées.

    • .

      Domaine d’investigation

      Les activités du RMT Quasaprove porte sur les questions scientifiques et techniques relatives à l’origine, au devenir et à la maîtrise des contaminants (mycotoxines, éléments-traces, contaminants émergents (in)organiques, résidus de produits phytopharmaceutiques) et des organismes indésirables (bio-agresseurs) qui font peser des risques sur la qualité sanitaire, à toutes les étapes de la chaîne alimentaire des filières concernées : production au champ, récolte, stockage et conservation, transformation technologique et consommation par l’animal d’élevage (figure 3).

      Grandes orientations du programme

      Dans le prolongement des activités et des acquis du RMT lancé il y a 5 ans (le bilan a été remis le 13/09/2013), le programme du nouveau RMT se décline prioritairement selon les orientations scientifiques, techniques et pédagogiques suivantes :

      -  Amélioration des méthodes de caractérisation et de suivi : (1) des contaminants minéraux ou organiques dans le sol et dans la plante et (2) des agents biologiques présentant un risque de contamination de la chaîne alimentaire, du champ au produit transformé,

      -  Exploitation d’un réseau de parcelles pour l’étude des multicontaminations en conditions de plein champ et la réalisation d’expérimentations pérennes,

      -  Approfondissement des connaissances sur les sources et processus de contamination des plantes et des récoltes pour améliorer les outils de diagnostic et de prévision des risques en combinant des approches systémiques et analytiques,

      -  Elaboration de supports pour l’enseignement technique, la formation et le conseil agricole,

      -  Organisation de séminaires et colloques de diffusion des résultats de la recherche et/ou pour le transfert de savoir-faire et d’innovations vers les professionnels.

      Filières agroalimentaires concernées

      Les études et recherches menées concerneront l’ensemble des étapes de la production agricole à la transformation en aliments dans les filières suivantes :

      - blé tendre, blé dur, orge de brasserie, maïs, tournesol, colza, en lien avec les productions animales utilisant ces végétaux pour l’alimentation (porc, volailles et lapins, ruminants).

      Au niveau de la transformation finale en aliment, le programme intègre plusieurs process de transformation pertinents au regard du partenariat aval :

      - la meunerie, la semoulerie, la brasserie-malterie, la cidrerie, l’huilerie et la transformation pour l’alimentation animale, ainsi que trois modèles de transfert animal :

      - vers l’œuf, la viande (volailles, porcs, bovins) et le lait.

      Ouverture de nouveaux champs d’investigation

      Tout en étant dans la continuité des travaux menés par les membres au cours des cinq années passées (figure 3), le RMT Quasaprove propose d’ouvrir son champ d’activité :

      -  aux cultures légumières de plein champ et sous abris en sol, via l’adhésion du CTIFL dans son premier cercle de partenaires ;

      -  au mode de culture biologique, via l’adhésion de l’ITAB dans son premier cercle de partenaires ;

      -  à la problématique « mycotoxines » dans la filière cidricole, via le rapprochement de l’IFPC dans le second cercle de partenaires.

      Thématiques d'intérêt du RMT Quasaprove

      Figure 3 : Thématiques d’intérêt du RMT Quasaprove

       

      L’évolution récente de la règlementation européenne sur les métaux lourds dans les productions végétales de grande culture, mais qui concerne aussi les productions légumières de grande culture, a justifié, dans le nouveau programme d’actions du RMT Quasaprove, l’élargissement de la problématique du transfert des polluants des sols vers les plantes légumières de consommation directe (carottes, salades), lorsqu’elles sont produites à grande échelle en plein champ (sous-abris inclus).

      Les spécificités du suivi et de la préservation de la qualité sanitaire des productions végétales de grande culture d’origine biologique sont clairement identifiées et un programme spécifique est proposé pour les traiter, en particulier en phase de conservation des produits après-récolte où l’absence de produits de protection contre les insectes ravageurs des stocks compatibles avec les chartes de production « biologique » nécessite une recherche de solutions alternatives du domaine physique ou biotechnique.

      Une attention particulière sera portée sur la prise en compte du continuum amont-aval dans le traitement des questions techniques et scientifiques, grâce à la mise à disposition nouvelle de pilotes industriels de la part des partenaires.